Accueil / Infos utliles / Dans la presse / Presse dvl.lighting / innover citoyen
CCI mag : Daniel VERPLAETSE - dvl lighting : Innover en citoyen responsable (janvier 2011)

Daniel Verplaetse - dvl.lighting (DVL & K)

• Un jeune patron mû par ses idéaux
• Une société lauréate du Prix du développement durable (Grand Prix Wallon de l’Entrepreneuriat 2010)
•… qui innove dans le domaine des LED !

« En augmentant de près de 50 % la surface de dissipation de la chaleur, on gagne quelque 30.000 heures de durée de vie pour une LED… »

« On vient d’éclairer un bâtiment à Gosselies pour le « Point Centre » de l’ULB… Et ils sont enchantés du résultat»

Daniel Verplaetse est en retard. Enervé contre lui-même, en rogne contre sa satanée distraction : « Je suis un peu la Doris de Nemo ! » ose-t-il. S’il souffre comme elle, de problèmes d’inattention ponctuels, il nage également à contre-courant. « Oh, je sais, on doit parfois me prendre pour un fou », soupire résigné le jeune chef d’entreprise de dvl.lighting. Parce qu’il a décidé d’inscrire sa société dans une démarche de développement durable et d’éthique qu’il pousse à l’extrême même s’il ne maximise pas ses gains. Fabrication européenne pour ses LED, basse consommation d’énergie à la fabrication et à l’utilisation, très longue durée de vie, éco-conception. « Doris » est un citoyen responsable qui convertit les autres à sa cause : « Mon associé, Nicolas Konstantatos, me suivit entièrement, quand, lors d’une livraison on lui suggéra un petit supplément pour que le bon de commande ne soit pas signé par un enfant » !
Dvl.lighting, c’est une histoire humaine, donc. Mais aussi une histoire d’ingéniosité. D’un concept en apparence très simple dont la mise en œuvre a tout de même pris près de 2 ans, mené à son terme par un ingénieur, Franz Molle, sous l’impulsion de Daniel et Nicolas. Un concept véritablement « lumineux » : conçu pour la LED et en forme d’étoile découpée dans l’aluminium. « Il répondait aux 3 critères requis pour être breveté : inventif, industrialisable, nouveau ! ». Entraînant une dispersion thermique supérieure, il ménage les « LED » dont la durée de vie se trouve accrue. Faut-il s’étonner encore du palmarès de la PME logée au Centre Héraclès de Gilly ? Prix de la TPE en 2005, Carolo de l’Année 2009 (décerné par Vivacité / La Nouvelle Gazette), Prix « Bravo l’Industrie » (Agoria Wallonie), lauréate du GPWE 2010 dans la catégorie développement durable. Jamais à court d’idées, Daniel et Nicolas lancent également aujourd’hui Eltys, société coopérative d’investissement éthique pour « favoriser un entrepreneuriat responsable dans une économie durable ».

BIO EXPRESS

Daniel VERPLAETSE, père d’une petite fille, est né en 1971 à Charleroi. Il a toujours vécu dans la Thudinie entre la collégiale de Lobbes et le Beffroi de Thuin. Après des études de Marketing à Namur et à Anvers, il fait quelques boulots en tant qu’employé commercial. C’est en 1997 qu’il crée sa société spécialisée en éclairage pour vérandas. Six ans plus tard, il rencontre son alter-égo en la personne de Nicolas KONSTANTATOS. A deux, ils créent l’entreprise dvl.lighting. C’est à partir de là que l’entreprise prend vraiment son envol. En 2005, les deux entrepreneurs décident d’orienter leur entreprise vers le développement durable et plus tard encore d’entamer une vaste campagne de R&D dans les LED. Aujourd’hui, brevet déposé, ils consacrent leur temps à promouvoir leur entreprise. Ils ont aussi créé une coopérative d’investissement éthique en 2010 :  ELTYS.

MON COUP DE GUEULE
« J’en ai quelques-uns, des coups de gueule ! Le premier est qu’aujourd’hui, la LED peut être la meilleure comme la pire chose du monde. On en fait tout et n’importe quoi, comme en couvrir des tours complètes ou d’énormes panneaux de publicités extrêmement éblouissants. On entre dans une guerre de décoration inutile générant une pollution lumineuse infernale. Comme on se dit que cela consomme moins, on en abuse : on n’éteint plus, on juge inutiles les détecteurs de présence commandant l’éclairage. Ce sont ces mauvaises habitudes qui aboutiront au final à un effet inverse… et peut-être même devra-t-on rajouter des centrales nucléaires, à terme ! Il ne faut pas oublier aussi que certains LEDS peuvent avoir des conséquences dommageables pour l’oeil. Chez dvl.lighting, grâce à nos recherches, nous sommes parvenus à un éblouissement moindre avec un éclairage tout aussi intensif. Légiférons, par pitié !
Mon 2è coup de gueule va à l’encontre de certains gros fabricants de LED et leur concept marketing d’obsolescence programmée des produits. La LED tolère mal la chaleur qu’elle induit et ils n’installent souvent pas de dissipateur thermique ; la LED souffre aussi d’un ampérage inconstant. Il faut donc un convertisseur de qualité pour « lisser » le courant, ce qui n’est pas toujours le cas. Alors, on peut bien promettre x heures d’éclairage quand la garantie est de courte durée. Et se prétendre « vert », de surcroît ! Certaines grosses entreprises agissent tout à fait à l’encontre de ce principe et ce seront les petites qui se verront reprocher des négligences en terme de développement durable. Ils disent que les LED ont une durée de vie 4 fois plus longue que l’halogène ? Mais les vendent de 7 à 20 fois plus cher et leur garantie ne couvre pas la période totale durant laquelle elles sont censées fonctionner. Il y a arnaque. La seule façon, pour nous, de lutter contre ce marketing à tous crins est de sortir une garantie de 10 ans. Et de poursuivre avec notre testeur du nombre d’heures de fonctionnement. Parlons vrai ! »

MON COUP DE FORCE
« Depuis 1 an, on se consacre aussi à une coopérative d’investissement éthique rassemblant près de 80 coopérateurs pour financer des projets éthiques. Une société réfléchie différemment, qui rapportera moins et moins vite mais sera porteuse de considérations d’ordres social, écologique et économique (ndlr : activités créant de l’emploi local privilégiées, 5 à 10 % des bénéfices reversés à des œuvres sociales, écologiques ; produits fabriqués dans des pays respectant les législations sociales, économiques, écologiques, etc). Via « ELTYS », les coopérateurs savent exactement pour quels montants et dans quels projets ils placent leur argent. Projets qui, du reste, seront soutenus par un plan financier solide. Juan d’Oultremont (RTBF – Jeu des Dictionnaires) ou encore Paul Lannoye ont déjà rejoint le mouvement, comme plus de 70 autres coopérateurs. Après avoir analysé les dossiers, nous allons à présent commencer à pousser 3 ou 4 projets. L’appât du gain rapide pousse à l’exploitation et la délocalisation ? Nous voulons donner une réponse globale en favorisant un entrepreneuriat responsable dans une économie durable… »

MON COUP DE CŒUR / GENIE
« Mon coup de génie… et de cœur, c’est l’art de finir par m’entourer des bonnes personnes. Des gens différents, de confiance. Ceux qui ne sont pas dans notre mode de pensée finissent d’ailleurs par partir. Et donc celles qui restent sont les bonnes personnes ! Cela semble naturel mais ça se travaille. Du reste, j’ai appris à repérer les manipulateurs… même si je crois toujours en l’humanité et demeure persuadé qu’avec cet état d’esprit, on peut quand même y arriver ! »

DU TAC AU TAC
1. La qualité que vous préférez chez un homme
« La sincérité, l’éthique ! »
2. La qualité que vous préférez chez une femme
« C’est sexiste votre question (rires). Allez, on va dire leur 6è sens, ce don de l’observation plus fin que le nôtre, hommes »
3. Votre principal défaut
« Vous en avez fait les frais. Ma distraction ! »
4. Votre rêve de bonheur
« Arriver à combiner vie professionnelle, familiale, sociale en répartissant les choses de façon plus harmonieuse. C’est presque un objectif atteint ! »
5. Ce que vous voudriez être
« Artiste, musicien. Il m’arrive d’écrire des chansons mais je n’en fais rien, faute de temps et d’énergie ! »
6. Le pays où vous désireriez vivre
« La Belgique ! »
7. Vos héros dans la vie réelle
« Mon associé, Nicolas. Mais aussi Paul Lannoye du GRAPPE et Paul Ariès, « intellectuel de référence » du courant de la décroissance
Votre domaine culturel préféré
« La musique pop-rock »
8. Le don de la nature que vous aimeriez avoir
« La patience de grandir tranquillement comme un arbre ! »
9. La faute qui vous inspire le plus d’indulgence
« La distraction ! »
10. Votre devise
« C’est celle relayée par Eltys : le monde du partage doit remplacer le partage du monde » !


Stéphanie Heffinck

 

Duplicate entry '3590803' for key 1